Avoir dix ans en Algérie : Chroniques d’un enfant dans la guerre PDF

Il y a soixante-dix ans, ce ruisseau aurait pu être «la petite source qui coulait dans le sable» où Meursault rencontra l’Arabe condamné et ses amis.


Il y a eu les récits de soldat, les souvenirs des généraux et les mémoires des hommes politiques. Il y a eu quelques autobiographies de Pieds-noirs célèbres et quelques films. Mais il y avait en Algérie, pendant la guerre, beaucoup plus d’enfant que de soldats, beaucoup plus d’enfants que de parents, même. Ils en ont beaucoup vu et ils se sont tus. C’est à un de ces gosses que ce livre donne la parole, lui accordant la possibilité d’exprimer une autre vision du conflit, quand on a les yeux à la hauteur des crosses de pistolet. Un gosse qui n’a jamais pu croire, ni à l’époque ni plus tard, au «caractère positif» du colonialisme.

«Une réalité cruelle vue par les yeux neufs d’un enfant qui ne raconte que ce qu’il sait. Une autobiographie écrite avec émotion et talent. Sans fioritures, sans rajouts, sans arrière pensée, avec le seul souci de retenir et de traduire pour ceux d’aujourd’hui ce que furent ces «années de braise» si profondément et si douloureusement inscrites dans la mémoire de l’enfant qu’il était, témoin de la cruauté quotidienne de la société coloniale et bientôt du terrifiant conflit qu’elle engendra.» Extrait de la préface de Henri Alleg

Je suis donc devenu un photographe à plein temps et je vais juste tenir un journal et chaque fois que je fais un livre, j’utilise des extraits de mon journal pour mes livres. Comme mentionné précédemment dans le rapport, la loi sur le contrôle des exportations d’armements exige que les transferts d’armes américains soient utilisés uniquement pour la légitime défense, la sécurité intérieure et les opérations sanctionnées par les Nations Unies. Les questions juridiques relatives à deux ensembles de lois contradictoires qui régissent la vie des femmes algériennes seront explorées.-}