Hernani et Ruy Blas : De flamme ou de sang PDF

Je suis un interprète inadéquat mais sincère de la douleur générale. A Alger, le conseil municipal ferma ses séances, et de Londres, Vienne et St.


Réunis dans le cadre du programme de l’agrégation de Lettres modernes 2009, Hernani et Ruy Blas sont deux oeuvres phares de la littérature du XIXe siècle. Dans l’histoire du théâtre, elles opèrent une rupture avec la tradition dramaturgique occidentale : l’espace, les personnages et la structure de l’action y sont en effet repensés à la lumière des théories énoncées dans la Préface de Cromwell et y subissent l’influence du grotesque, notion clé de la poétique hugolienne. Conçus pour la scène, Hernani et Ruy Blas – sommets du théâtre romantique – renouvellent aussi l’art dramatique par une écriture au service du spectaculaire qui attise constamment le plaisir du spectateur. Victor Hugo établit lui-même un lien explicite entre l’un et l’autre drame. Essentiellement historique, le rapport entre les deux pièces est aussi génétique, thématique et esthétique. Au-delà du choix d’un même cadre espagnol, et sous le vernis d’une semblable couleur locale, Hugo brosse le portrait d’un Etat qui naît dans Hernani et agonise dans Ruy Blas. A plus d’un titre, les deux œuvres apparaissent comme le fruit de  » l’école moderne  » et annoncent, sur bien des points, les révolutions du théâtre au XXe siècle. Sylvain Ledda propose ici une étude à la fois rigoureuse et claire d’Hernani et de Ruy Blas. Sens du romanesque, portée symbolique des situations, lyrisme épique de l’écriture, souffle du dialogue, force de la théâtralité sont autant de pistes que propose l’auteur pour analyser ces œuvres dans toute leur complexité. Au-delà des étudiants préparant l’agrégation, cet ouvrage intéressera tous les fervents de Victor Hugo et tous les amateurs de théâtre romantique.

Une main te soutient, c’est la sienne; les lèvres touchent légèrement votre front, ce sont ses lèvres; vous entendez respirer près de vous, c’est elle. Il est parfaitement conscient qu’un tel comportement ne lui vaudra pas de l’estime, mais il est incapable d’agir autrement. Victor, à qui la vie avait paru sans objet à la mort de sa mère, en trouva bientôt un autre après ses fiançailles avec Adèle.-}