Le Délire et le Deuil PDF

L’une des choses que j’adore à propos de Twelfth Night, comme je l’ai déjà mentionné, c’est qu’il s’agit d’une vedette féminine.


Un jour de 1956, Jacqueline de Segonzac sent un brouillard angoissant envahir son esprit. Puis c’est la plongée, le noir. Il lui faudra presque vingt-cinq ans pour conjurer les intimes démons que sont les manifestations de la psychose maniaco-dépressive, avec l’aide, en dernière instance, d’un médicament salvateur, les sels de lithium, et du grand dévouement d’une psychiatre. Des années d’enfer ; huit internements, plusieurs tentatives de suicide, deux douzaines d’électrochocs, trente comas insuliniques et les insupportables alternances d’excitation délirante et de dépression ; et de richesse affective ; les rapports avec ceux qui, dans son entourage et parmi ses amis, ont compris, soutenu sa terrible lutte solitaire.J. de Segonzac doit beaucoup aux autres, et tout à elle. Son courage, sa lucidité, son refus absolu de s’apitoyer sur elle-même, son obstination à écrire son histoire au jour le jour forcent l’admiration, une admiration qui se partage entre la femme et la narratrice. Car c’est un écrivain authentique qui parle ici. De son voyage au pays de la démence, celle qui dit : « Devenir fou, ce n’est pas perdre la tête, c’est perdre son corps » a rapporté un témoignage unique sur la souffrance mentale.

Celui de Delirium est un aperçu émouvant des inspirations de l’auteur pour le livre ainsi que ses opinions et expériences personnelles honnêtes sur le baromètre changeant de la santé mentale à travers nos vies. Grand livre. Vouloir plus. Que ce soit à la maison ou dans un établissement de santé, la prestation des soins quotidiens incombe au préposé aux services de soutien à la personne. À mesure que les symptômes du deuil s’amenuisent, vous vous sentirez capable de retourner à la vie de tous les jours.-}