Le miroir et la scène : Ce que peut la représentation politique PDF

L’enquête psychanalytique ne correspond pas à la réalité, et même.


La politique, dit-on, serait en crise du fait de l inadéquation de nos représentants à la réalité qu ils sont censés représenter : la fameuse «coupure» entre le peuple et ses élites témoignerait au premier chef de ces troubles dans la représentation.Myriam Revault d Allonnes prend, en philosophe, le contre-pied d une approche de la « représentation » qui, dit-elle, réduit à tort cette notion à sa dimension juridico-politique.Revenant aux sources de la « représentation » (arts visuels, théâtre), puisant aux deux grands paradigmes de la mimesis, la peinture et le théâtre, en compagnie de Platon et d Aristote, cet essai interroge au travers de l élaboration de la notion de « représentation politique » (Hobbes, qui mobilise la métaphore théâtrale), de sa critique radicale (Rousseau, qui récuse la représentation et dénonce le simulacre du théâtre au nom de la « transparence ») et jusqu aux débats actuels sur la supposée « crise de la représentation » la question de l exercice de la souveraineté.Au terme de l exploration, surprise : il apparaît que le lien représentatif moderne est fondamentalement lien de séparation. Et que c est une illusion de penser que la représentation est susceptible de « figurer » de manière adéquate la réalité.Mais alors, que reste-t-il aux citoyens pour donner corps à la souveraineté politique ? La délibération, la discussion, la contestation, répond l auteur, toutes modalités d action non électives qui se donnent à voir et ne s exercent que dans la non-coïncidence à soi. Alors s ouvrent de nouvelles et riches perspectives à la représentation dans l espace du politique, mais une représentation placée dès lors sous le signe de la re-configuration et non celui de l impossible figuration.

Les gestionnaires de contenus médiatiques doivent définir l’agenda du discours public décrivant ces femmes comme des leaders, rien de moins que cela. La Cour suprême a répondu au réexamen des États-Unis après la Seconde Guerre mondiale. Les séries les plus communes de diviseurs utilisés sont D’Hondt et Sainte-League.-}