Les économies émergentes d’Asie : Entre État et marché (Collection U) PDF

La Chine a connu une croissance annuelle de 8% à 10% au cours des 30 dernières années.


Alors que la reprise se fait attendre en Europe et aux États-Unis où l’on redoute une stagnation séculaire, les économies émergentes d’Asie – de Séoul à Delhi – continuent de progresser. Quels sont les ressorts de ces dynamiques ? Existe-t-il un « modèle » asiatique de développement ? La montée en puissance de la Chine empêche-t-elle tout rattrapage ? La trajectoire de l’Inde illustre-t-elle l’existence d’une alternative à l’industrialisation ? Quels défis rencontre désormais la poursuite de la croissance en Asie ?
Après avoir replacé l’émergence de l’Asie dans la longue durée, cet ouvrage présente son socle institutionnel qui, inspiré des expériences d’industrialisation tardive du xixe siècle, encadre le dynamisme du marché pour atteindre les objectifs de l’État. Il analyse les changements de spécialisation industrielle qui fondent le « vol des oies sauvages » et l’irruption de l’Asie dans l’économie mondiale. Les auteurs examinent ensuite les processus d’intégration régionale et de creusement des inégalités liées à ces développements, les plus rapides de l’Histoire.

Selon le Manuel de la balance des paiements du Fonds monétaire international, la formule de la balance des paiements, ou identité, est résumée comme suit: Dans les deux années qui ont suivi la crise de 1981-82, par exemple, la production a atteint un taux annuel moyen de près de 6%; et cette fois-ci, la production s’est effondrée encore plus longtemps et plus longtemps qu’au début des années 1980. Il y a un changement institutionnel convergent vers des économies de marché coordonnées caractérisées par une forte influence de l’État et une bureaucratie impérative.-}