Les dieux et leurs subalternes ont tort: poésie philosophique PDF

Et la compréhension – combien précaire, et à quel point chaque moment est proche de l’incompréhension, quand l’angoisse de la culpabilité cherche à troubler la paix de l’amour.


Cet ouvrage poétique est constructivement mis en oeuvre pour dévoiler ce que se passe dans la société nigériane, africaine et mondiale en général, où les dieux et les déesses d’institutions scolaires, politiques, religieuses etc. sont sortis de dire la vérité, de renseigner et faire la justice aux bureaux en raison de ramasser des biens. Au premier chef, J’avais choisi le genre poétique (lyrique, satirique, etc.) pour expliquer la gravité de quoi qu’ils fassent du fait qu’ils ont détruit les moeurs, la culture académique et la postérité des enfants qui viennent. Et leurs anges, prophètes, saints… se sont tous sur la même longueur d’onde. De ce fait, J’ai donné quelques conseils de sortir de ces problèmes, après avoir vu les dangers de la maladie sociale qui dévalorisent la nature propre à nous les africains. Ce chef-d’oeuvre doit nous transformer, si nous lisons sagacement en méditant cette vérité. « Dieux et leurs subalternes ont tort » est fait disponible pour tous les peuples qui sont matures à connaitre les lois et les rôles de vie sociale, économique, religieuse, politique…

Il s’agit ici de poésie qui exprime un cri du cœur contre l’injustice, la corruption, la décadence socio-culturelle du Nigeria, de l’Afrique et du monde entier. Elle pose également des grandes questions philosophiques sur la croyance, la « politique noire », la relation bilatérale…
Cette œuvre dévoile aussi les mécènes de Boko Haram au Nigeria et ailleurs.

Selon les épicuriens, la mort signifiait simplement la fin de la sensation, lorsque les atomes se séparaient. Après environ un an et demi d’exil, les conditions politiques ont changé, ses biens lui ont été restitués, et il a été autorisé à retourner à Rome, ce qu’il a fait à la grande approbation populaire, affirmant que la République a été restaurée avec lui. Platon a consacré beaucoup d’attention à la poésie, en composant des poèmes d’aucun moyen.-}