Norbert Elias – Distinction, conscience et violence PDF

Cela fausse la réflexion des décideurs sur la relation entre la violence et les divers régimes politiques, et empêche l’identification possible de relations causales entre la répression et la violence citoyenne qui pourraient être importantes pour prévenir les morts violentes.


Ce livre renouvelle notre regard sur Norbert Elias ( 1897-1990), en le replaçant dans son contexte scientifique, historique, mais aussi biographique. Hanté par le spectre de la Première Guerre mondiale qui l’a profondément et durablement marqué, l’homme, réfugié à Londres en 1935, n’a qu’une certitude : à la violence et à ses formes multiples peut – et doit selon lui – être opposée la raison savante, raison que la sociologie processuelle qu’il développe a vocation d’incarner. Elias ambitionne de bâtir un nouveau modèle en science sociale, attentif aux apports de la biologie, de l’histoire, de l’anthropologie, de la psychanalyse.
Ce livre présente la richesse, l’ampleur, l’unité du projet scientifique du sociologue. En étudiant le processus séculaire de formation des autocontraintes au cœur du processus de civilisation, il offre une compréhension de ce processus qui s’avère d’autant plus impérative que la conscience qui émerge en son sein n’est jamais à l’abri d’un retour de la violence.

L’histoire sociale du crime en Europe occidentale depuis 1500, Londres, 1980, pp. 238-370. Google Scholar Bourdieu, Pierre, et Loic J. D. Wacquant. 1992. Une invitation à la sociologie réflexive. Ses principaux intérêts sont l’histoire de la violence d’un point de vue comparatif et théorique et l’histoire socioculturelle européenne.-}