Politique monétaire et croissance: Une évaluation sur l’économie gabonaise face à la France PDF

En 2003, Bongo a amendé la constitution nationale pour supprimer toute restitution sur le nombre de termes qu’un président est autorisé à servir.


Sujet de préoccupation majeure parmi les décideurs de politique économique, les relations entre la politique monétaire et la croissance ont fait et continuent de faire l’objet d’investigations théoriques et empiriques parmi les économistes. De celles-ci découlent le consensus de la synthèse Néokeynésienne qui reconnaît à la politique monétaire un potentiel conjoncturel pour impulser la croissance à court terme, tandis qu’à long terme son rôle se limiterait à stabiliser les prix. Toutefois, face à la multiplicité des canaux et la complexité des mécanismes de transmission des impulsions monétaires à l’activité économique, les évaluations empiriques révèlent la plupart du temps des résultats contradictoires selon les pays et les régimes de change. Une solution à cette donnée consiste à évaluer la relation sous-revue en référence aux faits. C’est cette investigation que se propose de mener ce livre dans le cas particulier du Gabon, une petite économie ouverte, en étroites relations commerciales, monétaires et politiques avec la France, son ancienne puissance coloniale, dans le cadre d’un modèle néokeynésien en économie ouverte.

Les autres industries comprennent les usines textiles, les cimenteries, les usines chimiques, les brasseries, les chantiers navals et les usines de cigarettes. En d’autres termes, deux états utilisent leurs ressources énergétiques pour influencer d’autres états dans un schéma d’intégration pour atteindre des objectifs partagés. Cependant, les discussions de 2015 ont été plus fructueuses et la conclusion de la conférence a été marquée par l’annonce par Pierre Moussa, président de la Commission CEMAC, de la suppression de tous les contrôles de visas pour les citoyens de la CEMAC détenteurs d’un passeport biométrique.-}