Portrait-robot. Mon père / Portrait-robot. Ma mère PDF

HAL 9000 est le nom de l’ordinateur homicide dans le film 1968: A Space Odyssey.


Résumé de portrait robot mon père :
« L’homme que je connaissais ou croyais connaître n’était qu’une part de cet autre que personne ne connaissait. »
Comment aimer un père apolitique, l’écrivain Eberhard Meckel (1907-1969), finalement complice de l’idéologie nazie ? En exécutant sans faillir le portrait d’un être au fil du temps désemparé qui, entre romantisme, idéalisme et catholicisme, fut incapable d’assumer ses contradictions, Christoph Meckel pose aussi la question de l’héritage des pères aux fils après la chute du Troisième Reich.
Publiés pour la première fois en diptyque tel que l’imaginait son auteur à l’origine, ces deux récits, écrits à vingt ans d’intervalle, radiographient l’univers intime de l’Allemagne d’hier et le séisme mental auquel son peuple dut faire face.

Résumé de portrait robot ma mère :
« Je n’ai pas aimé ma mère. »
Phrase tabou d’un fils qui déplore la froideur bourgeoise d’une mère au protestantisme prussien. Christoph Meckel dit son manque dans une langue sèche et cassante, reflet de celle qui était sans tendresse ni amour ; une femme prude, égoïste et arrogante dont la violence larvée le conduisit au désenchantement absolu.
Publiés pour la première fois en diptyque tel que l’imaginait son auteur à l’origine, ces deux récits, écrits à vingt ans d’intervalle, radiographient l’univers intime de l’Allemagne d’hier et le séisme mental auquel son peuple dut faire face.

Après que son père est mort dans un accident monstre, Martin décide de quitter la maison pour élever des chevaux quand il a été forcé d’emmener Anna avec lui, parce qu’elle a été harcelée sexuellement par son père. Encouragé par l’homme qu’il admire, en proie au narcissisme en voyant le portrait fini, Dorian commence à valoriser la beauté et l’art par-dessus tout, souhaitant avec désinvolture qu’il puisse rester aussi jeune et beau que son portrait. Après un départ à haut indice d’octane, il quitta la scène probablement une douzaine de fois tout au long du spectacle pour descendre dans la foule, se penchant aussi loin qu’il pouvait sans s’évanouir dans la masse des mains tendues.-}