Vivre en guerre PDF

Cette étude qualitative a utilisé les données de 76 participants dans 10 groupes de discussion dans les régions métropolitaines, régionales, rurales et reculées de la Nouvelle-Galles du Sud (NSW).


Huit grands reporters de langue française, parmi les plus talentueux, affûtent leur plume d’écrivain pour nous dire ce que ni la télévision ni les journaux n’ont le temps ni le désir de nous montrer dès qu’il est question de la guerre et de la violence politique en général : le  » grain  » de cette vie au jour le jour qu’ont à partager tous ceux qui, aujourd’hui, subissent la guerre sans la faire – et qui, contre toute raison, arrivent encore à se tenir droitement debout. Myriam Gaume, mais aussi Olivier Weber, Jean-Pierre Perrin, Martine Gozlan, Jean-Pierre Campagne, Frédéric Boulesteix, Molène Saulov, Sophie Shihab nous font part non seulement de leur expérience sur le terrain mais de leur découverte d’une humanité qui sait avoir elle aussi, même à l’heure du pire, le génie de la vie. Du Pakistan à la Colombie de la frontière coréenne aux forêts du Congo de l’Algérie en convulsion à l’Afghanistan violenté par un quart de siècle de combats, du Kosovo à l’Arménie ou à la Tchétchénie… autant de regards portés sur ces hommes et ces femmes qui, confrontés quotidiennement à une réalité inhumaine, nous rappellent que la plus humaine des vertus est encore le courage.

Dans les grandes offensives de 1915, 1916 et 1917, de nombreuses positions de tranchées ne furent maintenues que quelques jours à la fois avant que l’avance suivante ne les mette en mouvement dans ce qui n’avait été ni la terre ni la position ennemie. De plus, il existe des différences fondamentales entre les décès par arme à feu des civils et les victimes de la guerre. Maintenant qu’il a été chassé, les enfants peuvent revenir à l’apprentissage de sujets normaux au lieu de la propagande extrémiste enseignée par les extrémistes islamistes.-}